Gianni Fasciani

Architecte cote d'azur - Gianni Fasciani

Passionné par la création et l'architecture, dans ce qu’elle a de soudain, d’intemporel, d’inconditionnel et de libérateur.

« Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l'être mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre. »

Marc Aurèle  

Sa musique sur les poèmes de Guillaume APOLLINAIRE nous a convaincu de son talent. Cet artiste complet, nous fait découvrir une autre facette de ses prédispositions artistiques, en écrivant un dernier roman intitulé BABILUS.

Avec l'élégance d'un opéra, Gianni FASCIANI convoque les voix d'antan et compose un chant funèbre empreint de nostalgie. Peuplé de figures déchirées entre hier et aujourd'hui, hanté par des fantômes et des regrets, son requiem dénonce la crise millénaire d'une société qui n'en finit plus de sombrer, recroquevillée dans son agonie culturelle.

Si vous voulez communier avec  lui, il vous faudra faire partie de ses rêves. Il vous faudra comprendre que rien peut être tout, et que tout et toujours sont illusoires. 

Guillaume Apollinaire

La Tzigane savait d'avance 
Nos deux vies barrées par les nuits 
Nous lui dîmes adieu et puis 
De ce puits sortit l'Espérance 
L'amour lourd comme un ours privé 
Dansa debout quand nous voulûmes 
Et l'oiseau bleu perdit ses plumes 
Et les mendiants leurs Avé 

On sait très bien que l'on se damne 
Mais l'espoir d'aimer en chemin 
Nous fait penser main dans la main 
À ce qu'a prédit la Tzigane

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)

L'anguille - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
L'aquarelliste - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
Avant le cinéma - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
Crépuscule - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
Hotel - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
Le pont Mirabeau - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
Marie - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
Nuit Rhénane - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
Les saltimbanques - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00
La tzigane - Gianni Fasciani
00:00 / 00:00

« L’homme qui suit la pratique antique en architecture fait exactement la même chose que l'homme de lettre qui s'efforce de reproduire le style classique de Cicéron et de Virgile. En effet, il ne s’agit pas de pratiquer ni de reproduire. Il s’agit de ne pas détruire les œuvres de Cicéron et Virgile. De les préserver, comme on préserve l’Espérance. Préserver pour contempler ce qui fut, pour nous faire concevoir ce qui n’est pas encore mais qui sera. Les mots, les traits, les pensées des Personnages Maitres ‘’classiques’’ doivent s’ajouter aux nôtres, pour développer et accroître notre aptitude à ressentir, à comprendre et à juger, à travers les œuvres d’hier… des œuvres sorties de leur temps pour être de tous les temps.»  Gianni FASCIANI (Extrait de Babilus 2018)        https://livre.fnac.com/a11936073/Gianni-Fasciani-Babilus

PPPasolini.jpg
Pier Paolo Pasolini.jpg

Traduction

 

"Lorsque le monde classique sera épuisé, lorsque tous les paysans et tous les artisans seront morts, lorsque l'industrie aura rendu le cycle de production impossible à arrêter, notre histoire sera finie."